PRÉSENTATION DE LA QUATRIÈME PAGE DE COUVERTURE



Lecteurs, soyez les bienvenus, et pensez paysan


Les paysans, qu’ils soient éleveurs ou agriculteurs, ont assuré la survie de l’humanité depuis 10.000 ans sans mettre en péril son environnement. Depuis la révolution néolithique, pendant des milliers d’années, ils ont constitué l’immense majorité des êtres humains et produit la base matérielle de toutes les sociétés structurées en classes, dans des conditions souvent très dures, mais durables à l’échelle planétaire.

Cependant, depuis le 15ème siècle, ils sont partout les principales victimes des massacres et des violences liés à l’expansion du capitalisme sous toutes ses formes : commerciale, militaire pour la conquête des marchés, coloniale pour celle des matières premières, financière pour l’exploitation de leurs forces de travail.

Aujourd’hui, les paysans constituent encore la majorité des êtres humains, mais subissent des agressions sans précédent de la part des principaux acteurs de la mondialisation capitaliste. Leur existence est en jeu face à la déforestation frénétique, à la dévastation des ressources halieutiques, à l’accaparement de territoires immenses par les multinationales de la chimie et de l’agro-business, à la pollution des sols, des eaux, des océans et de notre atmosphère par des systèmes productifs que gouvernent des intérêts privés monopolisés, échappant à toute règle d’intérêt général.

Or la survie de l’humanité dépend de celle des paysans, pour au moins deux raisons essentielles :

Marc Ollivier